Terrain ouvert sécurisé adjacent au gisement de graphite standard

Emplacement : 28 Claims Sud de la route 117; à l’est de Mont-Laurier.

Lomiko - Lac Boyd Project

Lac Boyd

Emplacement : Zone minéralisée avec affleurement située à 7 km au sud-est du village de Lac-des-Écorces (rang E; lot 8).

Année de découverte : 1933

Découverte : Zone minéralisée avec affleurement découverte en 1933 par cartographie géologique. Historique des travaux : En 1946, MRNQ – Cartographie géologique régionale (RG 023, 1948).

Lithologie : Les gneiss présentent de petites intercalations de quartzite et de marbre calcaire. Ils sont pyriteux et contiennent de la sillimanite ainsi qu’une quantité importante de graphite. Au nord, le gneiss est en contact avec des amphibolites.

Morphologie : La forme et les dimensions de cette zone minéralisée sont inconnues.
Genèse : Minéralisation graphitique formée comme plusieurs autres dans ce secteur par le dépôt de matière organique à l’intérieur des sédiments, suivi d’un métasomatisme ou substitution de cette matière par du carbone, lors du paroxysme de l’orogenèse grenvillienne.

Teneur : Aucune teneur indiquée.

Indices / Mines à proximité

Graphite standard

Emplacement : Zone minéralisée avec affleurement située à 2,5 km au nord-est du village de Guénette (Rangs VI, VII; Lots 28 -31).

Année de découverte : 1922

Découverte : Zone minéralisée découverte en 1922. Historique des travaux : En 1922-1923, Standard Graphite. – Creusement de tranchées. En 1924-1935, Canadian Graphite. – Acquisition et exploitation jusqu’en 1930 et par intermittence jusqu’en 1935. En 1954, Thero Metals – Essais de flottation et tentative de reprise d’exploitation mais sans succès.

Réserve de production : Date de production : 1922 -1930 ; production de 1923 à 1935, 2,370,100 livres (1,185 tonnes courtes). La mine a été fermée, non pas à cause de l’épuisement du gisement, mais à cause de la baisse du prix du graphite. L’exploitation consistait en un certain nombre de tranchées de surface, espacées sur une distance de 152 m dans une direction NE et une grande excavation semi-souterraine, débouchant sur un puits dont le fond est de 40 m et à partir duquel des galeries latérales d’une longueur totale de 67 m. Titulaire : D. Matte (1987).

Lithologie : La roche dominante du gisement est un paragneiss à biotite rubané, très infusé de pyrite dans des endroits et traversé par des veines de granite gris à grain fin, de quelques pieds d’épaisseur, ainsi que par des dykes de pegmatite à tourmaline. A l’entrée de la grande excavation souterraine, on note également la présence de quartzite feldspathique, en couches claires.

Morphologie : La zone minéralisée principale a une largeur de 2,4 m en surface et a été exposée et exploitée sur une longueur d’environ 30 m. Présence de quartzite feldspathique, en bandes claires, orientées NW 80/32 degrés.

Commentaire – typologie : Genèse : Minéralisation du graphite, formé comme plusieurs autres dans ce secteur, par dépôt de matière organique à l’intérieur des sédiments, suivi de métasomatisme ou substitution de cette matière par du carbone, lors du paroxysme de l’orogenèse grenvillienne.

Minéralisation : Teneur : ± 9,02 à 22,40 % de graphite dans les meilleurs secteurs (échantillons sélectionnés). Les gneiss rubanés sont irrégulièrement imprégnés de graphite, mais en contiennent par endroits une proportion très élevée.